« Je n’étais pas prédestiné à rapper », s’étonne encore S.Pri Noir. Son rêve, c’était devenir un grand joueur de football. Tout a commencé en 2009 avec son cousin Blame qui l’embarque dans un petit studio d’enregistrement à Belleville (19e) et l’enfant du 20e arrondissement de Paris pose sa voix sur son premier texte écrit pour l’occasion. Le déclic se fait. « Ça m’a semblé être une suite logique. Je dansais, je graffais un peu au collège, il ne me manquait que le rap dans les disciplines du hip-hop »

Le projet du jeune MC devient sérieux en 2011, une fois sa licence en marketing en poche. Il monte, avec les rappeurs Still Fresh et Moblack, un label « familial » : Nouvelle Ecole.

Son style affûté entre réalisme sombre et tubes pour les dancefloors, S.Pri Noir met entre parenthèses ses différents jobs pour se concentrer à l’enregistrement de ses 2 EP et d’un album. Après avoir montré la palette de ses différents thèmes dans « Licence to kill » (2014), il enfonce le clou avec un 2ème EP sorti l’année suivante « Le monde ne suffit pas ». 2015 est marqué également par son duo avec la fine lame du rap français Nekfeu sur le titre « Ma Dope » comptabilisant plus de 30 millions de vues sur Youtube, 3ème titre le plus streamés sur Spotify en 2016.

Bien décidé à marquer le rap français de son empreinte, 2016 n’a pas été une année de tout repos pour le MC puisqu’il a sorti deux morceaux « Millions » et « Ensemble » et enchainé les apparitions sur les morceaux d’autres artistes hip-hop : A2H, The Shin Sekaï, Sneazzy, Alpha Wann ou encore Still Fresh sur le titre « Demande moi » avec plus de 10 Millions de vues sur youtube.

En pleine préparation de son premier album qui sortira en 2017, S.Pri Noir fait patienter son public en invitant Jok’Air , membre emblématique du groupe la MZ sur un titre club.

Il est sans conteste l’un des rookies les plus prometteurs du rap français. Véritable fer de lance de la nouvelle génération du rap parisien, S.Pri Noir est aujourd’hui à la croisée des chemins : capable de faire le lien entre des scènes très éloignées (il travaille aussi bien avec Black M que Brodinski, Nekfeu que Kore), il lui reste aujourd’hui à sortir le projet qui mettra tout le monde d’accord.